0

Les deux Pologne

Le Parlement européen a récemment condamné la tentative du gouvernement polonais visant à déchoir Bronislaw Geremek de son mandat parlementaire. Ancien dirigeant de Solidarité, ancien prisonnier politique et ancien ministre des Affaires étrangères - il a conduit l'adhésion de la Pologne à l'OTAN - Geremek a refusé de signer encore une nouvelle déclaration comme quoi il n'était pas un agent de la police secrète à l'époque du communisme.

Les parlementaires européens ont parlé de "chasse aux sorcières" à propos du comportement du gouvernement polonais et Geremek a déclaré que la loi sur la lustration [décommunisation] constitue une menace pour les libertés publiques. En réponse, le Premier ministre polonais Jaroslaw Kaczynski l'a accusé de "nuire à la mère patrie" et de susciter un sentiment anti-polonais. Les communistes utilisaient les mêmes mots lorsque Geremek critiquait leurs abus de pouvoir.

Une décision du tribunal constitutionnel en date du 11 mai a largement invalidé la loi sur la lustration, permettant à Geremek de conserver sons siège au Parlement européen, au moins pour l'instant. Mais cette loi s'inscrit dans le cadre d'une politique générale du gouvernement polonais qui n'a d'autre but que d'affaiblir les institutions et le tissu démocratiques du pays.

Que se passe-t-il en Pologne, pays où a débuté l'effondrement du communisme ? Chaque révolution passe par deux phases : d'abord un combat pour la liberté, ensuite une lutte pour le pouvoir. La première est une émancipation de l'âme humaine par laquelle l'homme exprime ce qu'il a de meilleur en lui, tandis que la seconde libère le pire : l'envie, les intrigues, l'avidité, la suspicion et le désir de vengeance.