Aux origines de la vie

L'idée que les innombrables organismes vivant sur la Terre sont le fruit d’une intervention divine, racontée dans la Bible, n'est pas nouvelle. En dehors des créationnistes durs - attachés à une lecture littérale des Ecritures, et qui sont malheureusement plus nombreux qu’on pourrait s’y attendre - aucune personne douée de raison et informée ne préconise une interprétation aussi stricte du récit biblique de la création. La notion d’intervention divine est toutefois défendue par de nombreux cercles religieux et autres (dont quelques rares scientifiques) adeptes du “ dessein intelligent ”. Selon cette théorie, certaines étapes de l’origine et de l’évolution de la vie sont inexplicables. La plupart des scientifiques la rejettent, car elle ne repose sur aucune preuve crédible et est contraire aux principes scientifiques.


La science donne une version de la Genèse moins pittoresque mais tout aussi extraordinaire que celle de la Bible. La Terre est née, avec le Soleil et les autres planètes, dans un tourbillon de gaz et de poussière, il y a environ 4,5 milliards d’années, soit un peu plus de neuf milliards d’années après le Big Bang. Un demi milliard d’années plus tard, notre planète, enfin remise de cette naissance violente, était physiquement capable d’accueillir la vie. C’est ce qu’elle fit un peu moins de cinq cent millions d’années après, avec LUCA, le "dernier ancêtre commun universel", qui devait donner naissance par le biais de l’évolution à toutes les créatures vivantes, y compris les microbes, les plantes, les champignons, les animaux et les humains.

Les organismes primitifs ont surgi d’une matière minérale, probablement dans des eaux volcaniques chaudes, sulfureuses et chargées de métaux. Cette mixture peu ragoûtante était “ assaisonnée ” de petites molécules organiques : acides aminés, sucres, azote et autres éléments classiques des composants biologiques. L’une des découvertes les plus stupéfiantes des dernières décennies, grâce à l’exploration de l’espace et à l'étude des corps célestes proches, en particulier des météorites tombés sur la Terre, est le fait que beaucoup d’éléments chimiques constitutifs de la vie se forment spontanément dans tout l’univers. La chimie organique, baptisée ainsi parce qu’on la croyait l’apanage des organismes vivants, repose en réalité sur l’élément le plus banal et le plus répandu : le carbone.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/hPAKtRV/fr;