La crise du don d’organes

LONDRES – La transplantation d’organes est l’une des plus remarquables prouesses de la médecine moderne. Elle a redonné espoir à des millions de patients souffrant d’une défaillance auparavant fatale d’un organe. Pour beaucoup, elle a signifié une vie plus longue et meilleure.

La transplantation d’organes a également profité à de nombreux spécialistes et à des industries, en devenant une nouvelle source de fierté, de financement et de profits. Dans la perspective de limiter les coûts, elle a également bénéficié aux caisses maladieamp#160;: une greffe de rein est par exemple moins coûteuse qu’une dialyse.

Et pourtant, la médecine de transplantation a, dès ses débuts, du faire face à un déséquilibre croissant entre l’offre et la demande d’organes. Pour les parties intéressées, les conséquences souvent terribles de cette pénurie ont donné lieu à tout un éventail de solutions, basées sur une seule stratégieamp#160;: s’il y a une pénurie d’organes, il faut trouver les moyens d’en obtenir.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/tCboKZ8/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.