Pedro Molina

Le mauvais génie chimique syrien sorti de la bouteille

LOS ANGELES – Depuis le début de la guerre civile en Syrie, son important arsenal d’armes chimiques a pesé lourdement sur la zone du conflit et au-delà. Israël affirme aujourd’hui que le régime syrien a fait usage de ces armes.

Les craintes de plus en plus vives concernant ces stocks a incité le président américain Barack Obama à déclarer à plusieurs reprises que toute utilisation ou déplacement d’armes chimiques revenait à franchir une « ligne rouge » et que le régime du président Bachar Al-Assad en « subirait les conséquences ». Mais la traduction de cet avertissement dans la pratique reste vague.

Aussi dangereux que soit l’arsenal syrien d’armes chimiques, il pâlit en comparaison d’un autre risque, dévoilé fin février lorsque les rebelles syriens ont pris le contrôle d’une base de missiles Scud à Al-Kibar, dans le désert reculé du nord-est du pays. Sous les bâtiments de la base se trouvent les ruines d’un réacteur nucléaire construit avec l’assistance de la Corée du Nord et détruit par un raid de l’aviation israélienne le 6 septembre 2007.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/0NSiG0c/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.