0

L’Ukraine revient de loin

Le soupir de soulagement que l'Europe poussa lorsque la dispute entre la Russie et l’Ukraine sur le prix du gaz s’est soi-disant résolue pouvait s’entendre jusqu’à Kiev. Mais l’accord risque de soulever plus de questions qu’il n’apporte de réponse. En plaçant les besoins en énergie de l’Ukraine dans les mains d’une entreprise fantôme liée à un gang de criminels international, cet accord a créé les bases de nouvelles crises qui pourraient se révéler plus dangereuses.

C’est pour cela que je remets en cause cet accord devant les tribunaux. Qu’un débat public devant la justice fasse ressortir exactement qui seront les bénéficiaires de cet accord.

Cet accord entre l’Ukraine et Gazprom, l’entreprise d’Etat russe qui détient le monopole du gaz, est intolérable car le futur énergétique de l’Ukraine vient d’être placé dans les mains de RosUkrEnergo, chancre criminel accroché au corps de notre société de gaz. RosUkrEnergo fut créée vers la fin du régime de notre dirigeant précédent, Léonide Kuchma. Pourtant, elle a pris, miraculeusement, le contrôle des importations ukrainiennes de gaz en provenance d’Asie centrale. Selon l’accord mis en place cette semaine, elle gardera ce contrôle.

Ayant travaillé dans l’industrie du gaz avant d’entrer en politique, je sais que le commerce du gaz dans les pays de l’ancienne Union soviétique est corrompu de bout en bout. Lors de mon mandat, mon gouvernement a cherché à enquêter sur RosUkrEnergo et à découvert qui sont précisément ses propriétaires, comment elle a acquis son monopole sur l’importation du gaz d’Asie centrale et où passent les profits. Maintenant que je n’appartiens plus au gouvernement, cette enquête a été mise sur une voie de garage. Les besoins énergétiques de l’Ukraine, et de ce fait l’assurance de l’approvisionnement à travers toute l’Europe, ne seront jamais en sécurité tant que le gaz transitera entre les mains de sociétés opaques aux propriétaires inconnus.