Quantifier l’espoir

SEATTLE – La vie des plus pauvres de ce monde a connu plus d’améliorations ces quinze dernières années que jamais auparavant, mais je pense, avec optimisme, que nous pouvons faire encore mieux dans les quinze ans à venir. Après tout, les connaissances humaines se développent sans cesse. Nous le voyons concrètement dans la mise au point, et le coût en baisse, de nouveaux médicaments comme ceux utilisés pour soigner le VIH, et dans la création de nouvelles semences qui permettent aux paysans pauvres d’accroître leur productivité. Une fois que ces outils sont inventés, ils ne sont jamais « désinventés », seulement améliorés.

Les sceptiques diront qu’il est difficile de faire parvenir de nouveaux outils à ceux qui en ont besoin. C’est à ce stade que l’évaluation des performances philanthropiques et gouvernementales fait la différence. Ce processus – définir des objectifs clairs, choisir la bonne approche et ensuite mesurer les résultats pour avoir un retour et ainsi affiner sans cesse l’approche choisie – nous aide à fournir les outils et les services à tous ceux qui peuvent en bénéficier.

Les innovations permettant de résorber le goulet d’étranglement au niveau de la mise à disposition des outils et services sont essentielles. Tout comme le destin de la machine à vapeur autrefois, le progrès n’est pas « condamné à être rare et erratique ». En fait, nous pouvons le généraliser.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/d6GxV1x/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.