Une nouvelle révolte des masses

PARIS – La crise économique engendre-t-elle un sentiment de peur et de colère dans les pays démocratiques ? En France, un pays où beaucoup d'usines ferment, une vague de séquestrations de patrons (le ampquot;bossnappingampquot; ainsi que l'on surnomme cette infraction d'un nouveau genre) agite un peu partout les conseils d'administration et les services de police. Aux USA, les énormes primes versées aux dirigeants de firmes qui reçoivent des milliards de dollars des contribuables dans le cadre des plans de sauvetage (la compagnie d'assurance géante AIG notamment) portent à blanc la fureur d'une opinion publique alimentée par une presse populiste et par le Congrès.

De la même manière, en Grande-Bretagne une partie de plus en plus grande de l'opinion publique considère avec la même suspicion les banquiers et les parlementaires. La crise actuelle crée-t-elle ou met-elle en évidence un fossé croissant entre dirigeants et dirigés ?

La colère populiste est ce qu'il y a de plus prévisible, et de sûrement inévitable, en raison de la crise économique et financière. L'élément unificateur derrière la montée de cette ampquot;colèreampquot; est le rejet tant des inégalités économiques que de celles liées au traitement de la crise – que ces inégalités soient réelles ou perçues.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/8UPDbrv/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.