0

Les USA ne perdent pas pied en Amérique latine

MADRID – Les USA seraient sur la voie du déclin. C'est un discours de plus en plus fréquent, et il semble s'appliquer particulièrement bien à l'Amérique latine. On ne considère plus la région comme l'arrière-cour des USA, car elle semble n'avoir jamais été aussi unie et indépendante. Mais ce point de vue ne prend pas en compte la véritable nature de l'influence des USA en Amérique latine et ailleurs.

Il est vrai que les USA s'intéressent moins à cette région depuis quelques années. Le président George W. Bush donnait la priorité à sa "guerre contre le terrorisme" et son successeur, Barack Obama, au moins lors de son premier mandat, n'a pas semblé accorder beaucoup d'intérêt à l'Amérique latine.

Lors du sommet des Amériques à Carthagène en  avril 2012, les dirigeants latino-américains se sont sentis suffisamment confiants et unis pour remettre en question la politique des USA dans la région. Ils leur ont demandé de mettre fin à l'embargo de Cuba - disant que cela détériore leurs relations avec le reste du continent - et de lutter contre la drogue en combattant davantage sa consommation chez eux grâce à l'éducation et au travail social, plutôt qu'en fournissant des armes pour combattre les barons de la drogue en Amérique latine - une bataille perdue d'avance.

L'Amérique latine a noué des liens commerciaux forts avec bien d'autres pays que les USA. La Chine qui est devenue son second partenaire commercial est en voie de rattraper ces derniers. L'Inde fait preuve du plus grand intérêt pour le secteur énergétique de la région et a signé des accords d'exportation en matière de défense. L'Iran a renforcé ses liens économiques et militaires, notamment avec le Vénézuéla.