Jon Krause

La révolution de la neuroéconomie

Ce n'est que depuis quelques années que l'on fait un lien entre neurosciences et économie, aussi la neuroéconomie en est-elle encore à ses balbutiements. Son développement tient d'une caractéristique que l'on rencontre souvent dans l'Histoire des sciences : les grandes découvertes viennent en général de lieux inattendus. Un domaine scientifique peut devenir totalement stérile en l'absence d'une approche fondamentalement nouvelle. Les universitaires peuvent se retrouver prisonniers de méthodes parfaitement reconnues en termes de vocabulaire et d'hypothèses,  au point que leur recherche en devient répétitive ou superficielle.

Les idées stimulantes qui séduisent de jeunes chercheurs et quelques vieux universitaires iconoclastes désireux d'aborder les choses sous un autre angle viennent de personnes qui apportent un regard entièrement neuf. C'est ainsi que se produisent les révolutions scientifiques.

La neuroéconomie a franchi très récemment un premier un cap, avec notamment la publication l'année dernière du livre intitulé Foundations of Neuroeconomic Analysis [Fondations de l'analyse neuroéconomique] de Paul Glimcher, un chercheur en neuroscience. Son titre est modelé sur celui de la thèse désormais classique de Paul Samuelson publiée en 1947, Fondations de l'analyse économique, un travail qui a participé à une révolution de la théorie économique.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/54eftS3/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.