Le mythe de la Bourse chinoise

En Chine, beaucoup considèrent Shang Fulin comme un sauveur. Le nouveau directeur de la Commission de réglementation des valeurs de Chine (CRVC) prend la direction des opérations au coeur d'un marché à la baisse depuis 18 mois suite aux politiques gouvernementales, selon la rumeur populaire. Il aura pour tâche de résister à la tentation de rechercher une popularité à court terme et de reconnaître que la Bourse chinoise doit souffrir sur le court terme pour gagner sur le long terme.

Huit mythes assombrissent le débat sur la politique boursière en Chine. La tâche de Mr. Shang sera facilitée si chaque nuage est dissipé :

#1. La Bourse chinoise s'est beaucoup développée, et ce extrêmement rapidement. Fin 2002, la capitalisation officielle de la Bourse chinoise se montait à 458 milliards de dollars, ce qui faisait d'elle la huitième plus importante Bourse mondiale, une réussite apparemment stupéfiante si l'on songe à la situation de la Chine une décennie auparavant.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/5wco7Rh/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.