Le mythe de la méritocratie chinoise

CLAREMONT, CALIFORNIE – Les scandales politiques jouent parfois un rôle important dans l’assainissement des gouvernements. Ils détruisent la carrière politique d’individus aux comportements douteux. Plus important encore, il arrive qu’ils fassent s’effondrer des mythes politiques pourtant à la base de la légitimité de certains régimes.

C’est ce qui semble actuellement se produire en Chine avec l’affaire Bo Xilai. Le mythe politique qui s’est effondré en même temps que Bo, ancien cadre du Parti communiste dans la municipalité de Chongqing, n’est autre que l’idée selon laquelle les règles du Parti reposeraient sur la méritocratie.

À bien des égards, Bo incarnait le concept chinois de « méritocratie » – instruit, intelligent, sophistiqué, et charmant (principalement de l’avis des dirigeants occidentaux). Mais après sa chute, il s’est révélé sous une toute autre lumière. Outre son implication présumée dans un certain nombre de crimes, Bo était connu comme un apparatchik impitoyable, doté d’un ego surdimensionné, mais sans véritable talent. Son passé en tant qu’administrateur local était médiocre.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/edyIgz8/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.