Le mystère du Karmapa

NEW DELHI – La saisie opérée par la police indienne d’une somme importante en devises étrangères, notamment en yuans chinois, au monastère où réside le 17e Karmapa – l’une des principales figures du bouddhisme tibétain – a ravivé les soupçons concernant le fait qu’il pourrait toujours être un « agent de Beijing », une éventualité qu’il a été obligé de nier.

Le Dalaï Lama, le Panchen Lama et le Karmapa sont les représentants des trois principales lignées du bouddhisme tibétain qui ont, par intermittence, été en conflit au cours de l’histoire. La Chine, qui cherche à asseoir son emprise sur le Tibet, a tenté de contrôler le processus traditionnel par lequel est désigné le successeur d’un chef spirituel tibétain décédé.

C’est ainsi qu’en 1992, le gouvernement chinois a reconnu Orgyen Trinley Dorje comme le 17e Karmapa. Il fut conduit au monastère de Tsourphou – le siège traditionnel des Karmapas, presque entièrement détruit durant la Révolution culturelle. Il devint le premier « Bouddha vivant » réincarné à la fois reconnu et approuvé par la Chine communiste.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/RUdDHFm/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.