La guerre civile musulmane

Le fossé entre sunnites et chiites au Moyen-Orient est-il à présent plus profond que l'antagonisme entre Israël et les Arabes ? On pourrait le croire en voyant la réaction de certains gouvernements arabes aux décisions du Hezbollah d'attaquer Israël. Alors que les bombes israéliennes tombent sur Beyrouth et Tyr, L'Arabie Saoudite, peut-être l'état arabe musulman le plus conservateur de tous, a ouvertement condamné les actes du Hezbollah chiite qui a initié le conflit contre Israël. Jamais auparavant, dans l'histoire du conflit israélo-arabe, un État qui se considère comme le leader des peuple arabes musulmans n'avait soutenu Israël si ouvertement.

En outre, la rupture de l'Arabie Saoudite avec le Hezbollah n'est pas un cas unique. L'Égypte et la Jordanie ont aussi catégoriquement condamné le Hezbollah et son dirigeant, le cheik Hassan Nasrallah, pour leur aventurisme.

Qu'y a-t-il derrière cette étonnante situation ? Sommes-nous en train de vivre un tournant fondamental dans les relations entre le nationalisme arabe et le sectarisme islamique ? Le gouvernement sunnite d'Arabie Saoudite ressent-il davantage de peur et d'inquiétude devant l'Islam chiite qu'il ne s'implique dans l'unité arabe et la cause palestinienne ?

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/Z1R0CVS/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.