Le Mugabe d’Amérique latine

MANAGUA – Comme des milliers d’autres Nicaraguayens, j’ai participé au scrutin destiné à élire le nouveau maire de Managua lors des municipales de novembre dernier. Après le dépouillement des bulletins, les autorités de ma circonscription ont affiché une copie des résultats sur la porte du bureau électoral, faisant état de 155 voix en faveur du candidat de l’opposition, 76 voix pour le candidat du Front sandiniste de libération nationale (FSLN) et 2 voix pour d’autres candidats.

Mais le lendemain, les résultats de ma circonscription n’apparaissaient pas dans les résultats globaux pour Managua sur le site Web du Conseil suprême électoral (CSE) et le candidat du FSLN a été déclaré vainqueur.

Il a fallu des mois pour se rendre compte de la fraude, qui s’est également produite dans 660 autres circonscriptions électorales : 120.000 voix environ, ou 30 pour cent du total, n’ont pas été rendues publiques. Si ces résultats avaient été pris en compte, l’opposition aurait largement remporté la mairie de la capitale.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/HF9p0CQ/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.