La morale de la peine capitale

On reproche souvent aux États-unis leur refus d'abolir la peine de mort. Nombreux sont ceux à prétendre aujourd'hui que l'abolition de la peine capitale est une condition nécessaire pour établir un système civilisé de droit pénal. Le prix Nobel Gary Becker n'est pas de cet avis.

Les gouvernements européens sont résolument opposés à la peine de mort – l'Union européenne l'interdit complètement, et certains Européens considèrent que son utilisation aux États-unis relève de la barbarie. En fait, de nombreux intellectuels européens estiment que la peine capitale, et toute peine en général, ne dissuade pas les criminels.

Mais alors que les Européens, avec des taux de criminalité bien inférieurs à ceux des États-Unis lors du dernier demi-siècle, ont pu pendant longtemps se permettre une certaine “douceur” à l'égard de la plupart des crimes, il ont vu leur taux de criminalité augmenter de façon brutale au cours des vingt dernières années. Au contraire, les taux américains ont chuté en partie grâce à l'utilisation accrue des châtiments.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/VECgZ8z/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.