Les limites de Dubaï

CAMBRIDGE – Les investisseurs internationaux sont totalement abasourdis par la décision de Dubaï d’autoriser le fleuron de ses sociétés privées, Dubaï World, à requérir un moratoire de six mois (impliquant au moins un défaut de paiement partiel) sur le règlement de près de 26 milliards de dollars de dettes. A quoi pouvaient bien s’attendre les investisseurs en achetant des actions de sociétés avec des noms tels que « Monde sans Limite », l’une des filiales immobilières de Dubaï World mise en faillite ? Voilà bien là une mentalité spéculative.

Je suppose que l’idée était que le gouvernement des Emirats garantirais chacun des emprunts, quels que soient les risques encourus. Et si l’argent venait à manquer, il suffirait au gouvernement de Dubaï, économie qui ne bénéficie pas des précieux revenus du pétrole, de demander à sa riche voisine et sœur Abu Dhabi de régler la facture.

Une idée absurde, si l’en est. Mais à peine plus improbable que tous ces renflouements massifs que l’on a pu constater un peu partout dans le monde dans le sillage de la récente crise financière. Ce qui a réellement contrarié les investisseurs, bien sur, fut de se rendre compte que oui, un jour ou l’autre, des garanties de créances indéfendables devront être retirées. A terme, un monde surendetté devra finir par trouver un moyen de ramener le poids des créances à un niveau acceptable, et ce ne sera pas très joli à voir.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

http://prosyn.org/rXJu81n/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.