0

Le shérif hors-la-loi

Je me limite généralement dans mes articles à mon domaine d'expertise, l'économie. Mais en tant qu'Américain je suis si horrifié par ce qui s'est passé dans mon pays - et ce que mon pays a infligé à d'autres au cours des deux dernières années - que je crois devoir prendre la parole.

J'estime que les violations des droits de l'homme et des principes des peuples civilisés, mises en évidence en Irak, en Afghanistan et à Guantanamo Bay - et les exactions plus graves qui seront sans doute révélées plus tard - n'ont pas simplement été perpétrées par quelques individus déviants. Elles sont l'aboutissement de la politique du gouvernement Bush qui, depuis son arrivée au pouvoir, bafoue les droits de l'homme et le droit international, notamment les conventions de Genève, et porte atteinte à des garanties démocratiques fondamentales.

Malheureusement, des actes de torture et autres atrocités se produisent en temps de guerre - et la torture n'a pas seulement été utilisée pendant la guerre en Irak - mais je suis convaincu que le gouvernement Bush est responsable d'avoir créé un climat favorable au mépris du droit international et de la démocratie. Lors de l'intervention du Vice-Président Dick Cheney au dernier Forum économique mondial de Davos, en Suisse, on lui a demandé comment son gouvernement justifie ce qui se passe à Guantanamo Bay, où des personnes sont détenues sans inculpation ni avocat ? Sa réponse a sonné faux : puisque ces personnes ont été capturées en Afghanistan, où elles essayaient de tuer des soldats américains, les règles concernant les prisonniers de guerre ne sont pas applicables.

De nombreux participants ont été choqués par ces déclarations, mais Dick Cheney n'a apparemment pas saisi la consternation du public. Il ne s'agissait pas de subtilités juridiques - de savoir si, techniquement, les conventions de Genève étaient ou non applicables - mais des principes fondamentaux des droits de l'homme. Parmi les personnes les plus accablées, certaines s'étaient battues récemment pour la démocratie, et continuaient de lutter pour les droits de l'homme.