Le dernier pays totalitaire d'Europe

Ce pays de dix millions d'habitants est dirigé depuis 11 ans par Alexandre Loukachenko, pour qui gouverner est synonyme de violation quotidienne à grande échelle des droits élémentaires de l'homme et du citoyen, d'enlèvement et d'emprisonnement de ses opposants et de journalistes, et de tromperie du peuple à l'aide des médias qu'il manipule.

L'été dernier, au moyen d'un référendum fantoche, Loukachenko a fait supprimer la limite de deux mandats imposée à la présidence, effectuant ainsi la première démarche visant à prolonger son règne au-delà de 2006, le terme de son mandat actuel.

Depuis plusieurs mois, phénomène largement ignoré de la plupart des médias et des hommes politiques du monde démocratique, les derniers vestiges d'organisations non-gouvernementales, de presse indépendante et de partis politiques susceptibles de contrecarrer les projets de règne perpétuel de l'autocrate biélorusse sont systématiquement liquidés. Le blocus de l'information que subit le pays ne fait que se renforcer, les opportunités pour les jeunes d'étudier à l'étranger s'amenuisent, et le dernier quotidien indépendant, “Narodnaïa Volja” est sur le point d'être fermé. Alexandre Loukachenko sévit ainsi en toute impunité non seulement grâce à l'héritage nauséabond des structures sociales et sociétales post-soviétiques totalement décimées, mais également à grâce au peu d'intérêt que suscite le sort de la Biélorussie chez les pays démocratiques.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

http://prosyn.org/beHYTba/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.