Le Procès des Khmers rouges

De nos jours, les personnes soupçonnées de crime de guerre - du Rwanda à la Serbie en passant par le Sierra Leone - sont traduites en justice. Il en reste des dizaines en cavale, mais tout espoir n'est pas perdu de les voir eux aussi traduits en justice. Mais cela n'est pas le cas des auteurs du génocide cambodgien des années 1970. Ils sont libres et personne ne les recherche.

Un quart de la population cambodgienne, qui s'élève à huit millions, fut exécuté, affamé ou succomba à la maladie sous le règne des Khmers rouges, entre 1975 et 1979. Aucun vrai procès ni aucune commission d'enquête n'ont été organisés pas plus qu'aucune reconnaissance officielle d'un des crimes les plus haineux de l'histoire de l'humanité.

De ce fait, la plupart des Cambodgiens nés après 1979 ne comprennent pas l'importance et la gravité des atrocités commises. Entre temps, l'angoisse et la tristesse des survivants - qui ont presque tous perdu des être chers - n'ont toujours pas obtenu réparation.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/i9iSfOY/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.