Le mythe de la décennie perdue du Japon

BRUXELLES – Les années 2000 ont commencé avec la "bulle internet". Quand elle a éclaté, les banques centrales ont réagi par un relâchement appuyé de leur politique monétaire afin d'éviter une longue période de faible croissance, à l'image du Japon. Mais la longue période  de taux d'intérêt bas qui a suivi la récession de 2001 a contribué à l'apparition d'une autre bulle, cette fois dans le domaine de l'immobilier et du crédit.

Lors de l'éclatement de cette deuxième bulle au cours de la même décennie, à nouveau les banques centrales ont réagi rapidement, ramenant les taux d'intérêt pratiquement à zéro presque partout. Fait sans précédent, récemment la Réserve fédérale américaine a même décidé d'entamer une nouvelle phase de relâchement monétaire (QE) pour accélérer le redémarrage économique, l'argument clé étant toujours le même : éviter de rejouer la "décennie perdue" japonaise.

Les décisions politiques tiennent souvent aux "leçons tirées" de l'Histoire économique. Mais la leçon du cas japonais est largement un mythe. Le cas du Japon fait peur, parce qu'au cours de la dernière décennie la croissance de son PIB a été de seulement 0,6% par an, contre 1,7% pour les USA. La différence est en fait bien plus petite que celle que l'on imagine souvent, mais à première vue un taux de croissance de 0,6% justifie de parler de "décennie perdue". 

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/vg0ABaT/fr;