Traité de Lisbonne : l’Irlande revoit sa position

MAYNOOTH, IRLANDE – Secouée depuis des mois par des tempêtes économiques, l’Europe est sérieusement menacée par une récession prolongée. Si les secteurs bancaire et financier sont au coeur des préoccupations, les tourments constitutionnels de l'Union européenne sont toujours d'actualité.

En juin dernier, le rejet du traité de Lisbonne par l'Irlande a plongé l'UE dans une nouvelle période d'incertitudes sur son avenir. A la veille du sommet du Conseil européen, qui se tiendra les 11 et 12 décembre, on s’attend de plus en plus à ce que Brian Cowen, Premier ministre irlandais, propose une feuille de route sans équivoque visant à sortir l’Irlande du dilemme constitutionnel de l'Union.

Pour les pragmatistes, la crise de la ratification provoquée par le non irlandais a mué en un problème européen plus vaste : elle a enhardi les eurosceptiques d'autres États membres, notamment l'irascible président tchèque Václav Klaus, qui prétend refuser de signer le traité tant que la ratification irlandaise ne sera pas garantie. La République tchèque devant assumer la présidence de l'UE à compter du 1er janvier 2009, il est à craindre que Václav Klaus usera de sa position de chef d'État pour torpiller les tentatives de sauvetage du traité de Lisbonne.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/8j6esF5/fr;