Le syndrome interventionniste

Le Kosovo joue souvent le rôle de conflit-test pour le concept d'intervention “humanitaire.” Mais alors que l'Irak entre dans la spirale du chaos, les diplomates et les dirigeants de toutes nationalités se demandent à nouveau s'il est approprié pour des alliances de nations ou pour la communauté internationale d'intervenir lorsqu'un pays souverain paraît incapable ou peu disposé à défendre ses citoyens contre des génocides, des crimes de guerre ou une épuration ethnique.

Au centre de ce débat se trouve la prétendue doctrine de la “responsabilité de protection.” En tant que médiateur au Kosovo nommé par les Nations-unies ces cinq dernières années, j'ai eu l'occasion unique d'observer les effets de cette doctrine après l'intervention de l'OTAN dans l'ancienne Yougoslavie en 1999. Le Kosovo est ainsi devenu une expérience internationale de construction de société, menée par la Mission administrative par intérim de l'ONU au Kosovo (UNMIK).

Expérience est le mot juste ici. En effet, le Kosovo s'est transformé en tube à essai de l'intervention internationale. J'ai vécu et travaillé assez longtemps au Kosovo pour constater le résultat, et je prétends que de telles expériences nécessitent des recherches plus approfondies.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/UfE0KbI/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.