Le système immunitaire de l’internet

NEW YORK – Les virus, le filoutage, les logiciels-espions, le spam, les attaques en déni de service, les botnets… Vous connaissez sans doute ces termes et avez peut-être eu à souffrir de ce qu’ils représentent, en connaissance de cause ou pas.

Je voudrais proposer une manière simple de s’attaquer à ces problèmes (sans pour autant les résoudre), une manière qui ne nécessite pas d’accord global sur les crimes informatiques entre gouvernements (ou entre particuliers), et encore moins une force de  police mondiale ou des traités mondiaux impossibles à faire appliquer. Si nous parvenons à améliorer la sécurité informatique en général, alors les gouvernements auront plus de latitude pour s’en prendre aux vrais criminels.

Une approche plus constructive est de considérer la sécurité informatique comme une question de santé publique ou économique : les individus peuvent se protéger, mais doivent payer pour les coûts qu’ils font encourir à autrui. Nous devons faire en sorte que les internautes puissent se défendre contre les attaques, empêcher les personnes innocentes et bien intentionnées d’être infectées et de transmettre à leur tour les virus et autres, et réduire les avantages et les capacités de nuire des pirates informatiques.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/8Ok0E45/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.