0

L’Information au Pouvoir

MOSCOW – La nouvelle administration américaine de Barack Obama projette de s’adjoindre les services d’un haut responsable de la technologie, comme le font aujourd’hui la plupart des grandes entreprises. Les autres pays ont-ils intérêt à imiter les Etats-Unis dans cette initiative?

Plutôt que de rester dans une imitation étroite, ces pays devraient se doter, me semble-t-il, d’un haut responsable de l’ information , c’est à dire de quelqu’un pour qui l’information serait une valeur de changement, plutôt qu’un instrument tout juste utile à gagner en productivité. La libre circulation de l’information vaut par son action modératrice sur le pouvoir officiel et par la liberté qu’elle donne aux individus d’agir par eux-mêmes. C’est toute l’essence d’un marché libre, et ce devrait être aussi l’essence d’une démocratie libre. Il faut que les gens puissent savoir ce que font les hommes politiques, ce que coûtent les politiques mises en œuvre par leur gouvernement, par qui elles sont payées et qui en bénéficie.

Bien sûr, ce responsable de l’information ne serait pas seul dans cette tâche. Mais celui-ci, ou celle-là, pourrait y contribuer – partout où l’on utilise l’information et partout où elle est cachée.

Sans pour autant être investi d’une autorité politique proprement dite, il ou elle siégerait en bonne place au gouvernement – idéalement sans trop de bureaucratie. Ce responsable ne serait pas possesseur d’un fief, ni n’empiéterait sur les plates-bandes des autres membres du gouvernement, mais serait là pour aviser le président et les autres du rôle de l’information, chaque fois que ce serait souhaitable.