Skip to main content

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated Cookie policy, Privacy policy and Terms & Conditions

Le Pape et le Parti

ALBERTA – A l’aube du XXe siècle, le pape Léon XIII, inquiet du choix que s’apprêtait à faire l’humanité entre le socialisme athée et le libéralisme vénal, demanda à des intellectuels catholiques de réfléchir à une troisième voie. Sous le terme de Corporatisme, cette doctrine fut publiée en 1891 dans l’encyclique Rerum Novarum. Le successeur de Léon, le pape Pie XI, rappela qu’elle « a donné à l'humanité des directives très sûres pour résoudre les difficiles problèmes que pose la vie en société, et dont l'ensemble constitue la question sociale ».

Le corporatisme (qui doit être distingué des structures de négociations tripartites apparues dans de nombreux pays dans les années 1970 sous le terme de néo-corporatisme) est devenu l’intervention, motivée par des questions d’éthique, la plus influente de l’histoire de l’économie des temps modernes. En tant que doctrine sociale défendue par l’Église catholique jusqu’à la fin du XXe siècle, le corporatisme continue à forger les constitutions, les lois et les comportements dans une grande partie du monde. Il repose sur quatre principes majeurs :

·         L’égalité est une illusion cruelle : les gens sont plus heureux si une place déterminée leur est assignée dans une hiérarchie légitimée par l’enseignement catholique.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/7sloBAJfr;
  1. op_dervis1_Mikhail SvetlovGetty Images_PutinXiJinpingshakehands Mikhail Svetlov/Getty Images

    Cronies Everywhere

    Kemal Derviş

    Three recent books demonstrate that there are as many differences between crony-capitalist systems as there are similarities. And while deep-seated corruption is usually associated with autocracies like modern-day Russia, democracies have no reason to assume that they are immune.

    7