Zone euro : la crise n'est pas finie !

NEW-YORK – Les dangers qui planent sur la zone euro se sont estompés depuis cet été ; le coût du crédit pour l'Espagne et l'Italie avait alors atteint des valeurs records intenables et la sortie de la Grèce paraissait imminente. Mais si la tension financière s'est relâchée, la situation économique à la périphérie la zone euro reste instable.

La baisse des risques tient à plusieurs facteurs. Tout d'abord, le programme de Transactions monétaires fermes de la BCE s'est révélé incroyablement efficace : les différences de taux d'intérêt entre l'Espagne et l'Italie ont diminué de 250 points de base, avant même qu'un seul euro ait été dépensé en achat d'obligations d'Etat. L'introduction du Mécanisme de stabilité européen (MSE) qui contribue pour 500 milliards d'euros supplémentaires au secours des banques et des Etats a aussi eu son utilité, de même que la reconnaissance par les dirigeants européens du fait qu'une union monétaire à elle seule ne suffit pas ; elle nécessite plus d'intégration bancaire, budgétaire, économique et politique pour échapper à l'instabilité.

Mais le facteur majeur est le changement d'attitude de l'Allemagne envers la zone euro en général et la Grèce en particulier. Les responsables allemands comprennent maintenant qu'étant donné l'importance des liens commerciaux et financiers, les troubles dans la zone euro n'affectent pas uniquement sa périphérie, mais aussi son centre. Ils ont arrêté de faire des déclarations publiques concernant une sortie possible de la Grèce et ils viennent d'approuver un troisième plan de sauvetage qui lui est destiné. Aussi longtemps que l'Espagne et l'Italie sont fragilisées, un éclatement de la Grèce pourrait faire tache d'huile. Ce serait gênant pour la chancelière Angela Merkel qui verrait ses chances de réélection pour un troisième mandat diminuer lors des élections qui auront lieu l'année prochaine en Allemagne. Aussi, pour l'instant l'Allemagne continue-t-elle à financer la Grèce.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/mWV1F4x/fr;
  1. China corruption Isaac Lawrence/Getty Images

    The Next Battle in China’s War on Corruption

    • Chinese President Xi Jinping knows well the threat that corruption poses to the authority of the Communist Party of China and the state it controls. 
    • But moving beyond Xi's anti-corruption purge to build robust and lasting anti-graft institutions will not be easy, owing to enduring opportunities for bureaucratic capture.
  2. Italy unemployed demonstration SalvatoreEsposito/Barcroftimages / Barcroft Media via Getty Images

    Putting Europe’s Long-Term Unemployed Back to Work

    Across the European Union, millions of people who are willing and able to work have been unemployed for a year or longer, at great cost to social cohesion and political stability. If the EU is serious about stopping the rise of populism, it will need to do more to ensure that labor markets are working for everyone.

  3. Latin America market Federico Parra/Getty Images

    A Belt and Road for the Americas?

    In a time of global uncertainty, a vision of “made in the Americas” prosperity provides a unifying agenda for the continent. If implemented, the US could reassert its historical leadership among a group of countries that share its fundamental values, as well as an interest in inclusive economic growth and rising living standards.

  4. Startup office Mladlen Antonov/Getty Images

    How Best to Promote Research and Development

    Clearly, there is something appealing about a start-up-based innovation strategy: it feels democratic, accessible, and so California. But it is definitely not the only way to boost research and development, or even the main way, and it is certainly not the way most major innovations in the US came about during the twentieth century.

  5. Trump Trade speech Bill Pugliano/Getty Images .

    Preparing for the Trump Trade Wars

    In the first 11 months of his presidency, Donald Trump has failed to back up his words – or tweets – with action on a variety of fronts. But the rest of the world's governments, and particularly those in Asia and Europe, would be mistaken to assume that he won't follow through on his promised "America First" trade agenda.