0

Indispensable ONU

Le sommet du soixantième anniversaire des Nations-Unies, en septembre, a mis en exergue ses points forts et son importance dans les nombreux domaines exigeant la collaboration des membres de la communauté internationale. Hélas, le sommet a aussi exposé les faiblesses de l'ONU et ses limites.

Fondée à la fin de la seconde Guerre mondiale pour empêcher un autre désastre de cette ampleur, l'ONU a aujourd'hui largement dépassé son rôle de maintien de la paix, sans en occulter l'importance.  Par exemple, les Objectifs de développement du millénaire, adoptés lors du sommet du millénaire de l'ONU il y a cinq ans, ont proclamé la résolution de la communauté internationale de réduire la pauvreté sous toutes ses formes et de poser des objectifs concrets à atteindre d'ici 2015.

Atteindre un consensus politique sur des problèmes aussi complexes n'est jamais facile, étant donné la diversité des intérêts à prendre en compte. Le succès nécessite de la diplomatie et de la patience, et le dernier sommet de l'ONU a poursuivi la démarche de création d'une communauté des nations responsable du bien-être de tous.

Évidemment, la tentative de John Bolton, le nouvel ambassadeur des États-Unis à l'ONU, d'introduire des centaines de modifications de dernière minute à la déclaration finale du sommet a condamné l'accord – peut-être délibérément – à être moins  détaillé et énergique qu'on l'avait espéré. Bolton souhaitait même éliminer toute référence aux Objectifs de développement du millénaire.