Comment Bo Xilai a volé la vedette

CLAREMONT, CALIFORNIE – Contrairement à ce qui se passe d’ordinaire lors de procès pour l’exemple, la tragédie dans laquelle Bo Xilai, l’arrogant et médiatique ancien chef du Parti communiste chinois (PCC) de Chongqing, occupe le premier rôle, a viré de manière étonnante à l’improvisation. Avant le début de l’instruction, l’idée généralement admise était que son procès était écrit d’avance de façon à le dépeindre comme un pécheur repenti confessant ses crimes et demandant pardon au Parti.

Mais le procès historique de cinq jours a réfuté toute notion que Bo rejoindrait tranquillement sa cellule de la prison de Qincheng où sont incarcérés les dirigeants chinois déchus. Il a vigoureusement contesté l’accusation, se défendant avec une combativité qui a surpris la majorité de ceux qui ont lu les transcriptions mises en ligne en temps réel par le tribunal lors du premier jour du procès.

Bo a accusé l’un des témoins à charge d’avoir « vendu son âme ». Il a qualifié le témoignage de sa femme, Gu Kailai, condamnée à la peine capitale avec sursis pour l'assassinat de l’homme d’affaires britannique Neil Heywood en 2011, de « grotesque » et « mensonger » et l’a traitée de « folle ».

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/68cYNFa/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.