Le FMI n'est pas la cause de toute austérité

La campagne actuelle pour l'élection présidentielle brésilienne a de nouveau mis le FMI au centre des débats internationaux. Les solutions du FMI sont-elles pires que les problèmes, comme le prétendent les critiques tels que le prix Nobel Joseph Stiglitz ? Kenneth Rogoff, l'économiste en chef du FMI, plaide pour la défense.

Partout dans le monde, le FMI est caricaturé comme le démon de l'austérité. Où qu'il entre en scène pour apporter son aide financière, de douloureuses restrictions budgétaires sont à prévoir rapidement. Cette image d'austérité fait appel aux besoins sentimentaux des histoires de grands méchants loups. Après tout, un grand méchant loup bien juteux fait toujours bien vendre, surtout les livres sur la mondialisation qui diabolisent le FMI.

Mais cette image est-elle un fidèle reflet de la réalité ? Le FMI, membre de la famille des institutions de l'ONU, chargé de maintenir une stabilité financière internationale, est-il réellement tant à craindre ou si égaré qu'il ne puisse que proposer des politiques qui n'infligent que de douloureuses restrictions au lieu de soulager les économies en difficulté ?

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/0Z2XSy3/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.