Ces vêtements bons marchés, mais si coûteux !

OXFORD – Je le confesse, moi aussi je suis accro ! Comme presque toutes les femmes occidentales, je n'y résiste pas, et c'est le même plaisir coupable à chaque fois. Il est difficile de suivre sa conscience quant on est confronté à tant de tentations irrésistibles.

Je parle naturellement du fait d'être accrochée aux vêtements branchés qui coûtent trois fois rien. Je vais dans un Zara [une chaîne de magasins de vêtements], dans un Hampamp;M ou maintenant que je suis au Royaume-Uni pour l'été, dans un étonnant Primark où je rafle des articles à la mode dont on se débarrasse facilement, tellement bons marchés que l'on en prend deux. Mais je dois faire face à mon accoutumance - et il en est de même de toutes les femmes comme moi.

La mode a été transformée par l'émergence récente de chaînes de détail qui emploient de bons designers pour concevoir des accessoires tendance et des vêtements que l'on jette quand ils ne sont plus en vogue. Cette évolution a libéré les femmes occidentales de la tyrannie de l'industrie de la mode qui dans le mauvais vieux temps imposait un style, obligeant année après année les femmes à déclarer avec désinvolture toute leur armoire démodée et à changer de garde-robe pour une somme rondelette.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/awcJj1h/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.