5

Les héritiers de l'inégalité

ROME – On sait depuis longtemps que les rapides poussées de croissance économique peuvent accroître les inégalités : La Chine et l'Inde en sont les exemples les plus récents. Mais se pourrait-il aussi que le ralentissement de la croissance et l'accroissement des inégalités – les deux caractéristiques les plus saillantes des pays développés de nos jours – soient aussi connectés ?

C'est l'hypothèse intrigante d'une étude récente par l'économiste français Thomas Piketty de l'Ecole d'économie de Paris.

Piketty a fourni certains des plus importants travaux sur l'inégalité durant ces dernières années.

Profitant de la précision de la bureaucratie française, Piketty a été en mesure de reconstituer les comptes nationaux français depuis près de deux siècles. L'économie de 1820 jusqu'à la Première Guerre mondiale - une sorte de second ancien régime – avait deux traits marquants : une croissance lente - environ 1% par an - et une part démesurée de la richesse héritée, ce qui représentait environ 20 à 25% du PIB.