0

La santé de la politique américaine

CAMBRIDGE – En approuvant le projet du président Barack Obama d’étendre la couverture santé à la presque totalité des Américains, le Congrès américain a inscrit la plus importante législation sociale du pays depuis les années 60. Même si l’opposition du clan Républicain demeure forte, la loi est une victoire politique majeure pour Obama.

Sa promulgation a aussi des implications plus larges car, tout comme pour l’élection d’Obama en 2008, elle pose certaines questions sur la santé du système politique américain. Après tout, l’idée selon laquelle un Afro-Américain sans machine politique ne pouvait devenir président était largement répandue.

De nombreux observateurs soutenaient dernièrement que l’impasse dans laquelle se trouvait le système politique américain empêcherait le pays de traduire ses abondantes ressources de pouvoir en gouvernance. Un journaliste remarquait d’ailleurs avec une certaine perspicacité : « L’Amérique a encore les moyens de répondre à la presque quasi totalité de ses faiblesses… utilisation de l’énergie, dépenses médicales, un bon équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée pour rebâtir une classe moyenne solide. Voilà la tragédie américaine de ce début de 21ème siècle : une culture pleine de vitalité et auto renouvelable qui attire les talents du monde entier et un système gouvernemental qui ressemble de plus en plus à une plaisanterie. »

La conversion de pourvoir qui consiste en la traduction des ressources de pouvoir en réelle influence, est un problème de longue date aux Etats-Unis. La constitution est basée sur une vision libérale du 18ème siècle qui considère que le pouvoir est mieux contrôlé en fragmentant et en compensant les mécanismes d’équilibres.