John Overmyer

La droite dure s’adoucit

PARIS – Le principal paradoxe de la politique française s’est une fois encore confirmé ce 27 mars. Le Front National a remporté 11% des voix au second tour des élections cantonales, mais ne s’est assuré que 0,1% des sièges, soit deux conseillers généraux. 

Ce décalage entre la force populaire du Front National et sa représentation effective est l’une des constantes de la vie politique française depuis la création de ce parti il y a quarante ans. Mais Jena-Marie Le Pen a été remplacé en janvier dernier par sa non moins charismatique fille, Marine, et ce changement pourrait modifier le destin du FN.

Le faible nombre d’élus du parti d'extrême-droite est le reflet de la stratégie poursuivie par ses deux principaux adversaires, le Parti Socialiste et l'UMP, gauche et droite qui se répartissent globalement tous les postes électifs au niveau national et local depuis les années 80. Pour préserver leur domination partagée, ils se sont plus ou moins mis d’accord sur une stratégie de « front républicain » destinée à exclure le Front National au second tour de toutes les élections.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/JIM1YT0/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.