Erdoğan n’est pas le seul problème de la Turquie

PRINCETON – Türkan Saylan fut un médecin d’avant-garde, l’une des premières femmes turques dermatologues et une éminente combattante contre la lèpre. Elle fut aussi une laïque convaincue qui créa une fondation pour octroyer des bourses à de jeunes filles afin de leur permettre de suivre une scolarité. En 2009, son domicile fit l’objet d’une perquisition et la police confisqua des documents dans le cadre d’une enquête qui la liait à un groupe présumé terroriste appelé « Ergenekon, » dont l’objectif supposé était de déstabiliser la Turquie pour précipiter un coup d’état militaire.

Saylan était atteinte d’un cancer en phase terminale à l’époque et mourut peu de temps après. Mais les accusations contre ses associés ont été maintenues et participèrent d’une grande vague de procès contre les opposants du Premier ministre Recep Tayyip Erdoğan et de ses alliés du puissant mouvement Gülen constitué des disciples de l’imam Fethullah Gülen.

Les preuves rassemblées dans cette affaire, comme dans tant d’autres, consistent en une série de documents Microsoft Word trouvés dans un ordinateur appartenant à la fondation de T. Saylan. Lorsque récemment les experts américains ont étudié les éléments du disque dur, ils ont fait une découverte étonnante – même si tout à fait courante pour un turc. Les dossiers incriminants avaient été placés sur un disque dur quelques temps après la dernière utilisation de l’ordinateur à la fondation. Dans la mesure où l’ordinateur avait été saisi par la police, il n’a pas été difficile de conclure à une malversation des autorités.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/TvSjjJt/fr;