La conversion forcée de Bush à l’écologie

Les Etats-Unis sont en général perçus comme les bons derniers de la classe au plan écologique et le président George W. Bush comme le chef d’une bande de pollueurs prêts à tout pour entraver une action globale de protection de l’environnement. Bien sûr, cette perception n’est pas entièrement fausse (et même plutôt exacte en ce qui concerne Bush), mais le tableau n’est pas uniformément sombre.

Le mouvement de défense de l’environnement – comme la plupart des mouvements sociaux modernes – trouve ses racines aux Etats-Unis. L’origine du mouvement environnementaliste américain remonte au XIXe siècle, lorsque sont apparus les premiers dégâts causés par la révolution industrielle et le morcellement du paysage naturel en exploitations privées.

L’émergence du mouvement écologique moderne peut toutefois être datée de la publication en 1962 du livre de la biologiste Rachel Carson, Silent Spring (Le printemps silencieux), un plaidoyer contre l’utilisation des pesticides dans l’agriculture. Tout en s’appuyant sur des données scientifiques, elle se faisait également l’écho des craintes profondes concernant le capitalisme consumériste et de la croyance « post-matérialiste » en la primauté de la qualité de la vie sur la croissance économique. Dans le sillage de Carson, une campagne menée par la génération « Woodstock » des années 60, avec les Jours de la Terre, débouchait sur une manifestation de 20 millions d’Américains en avril 1970 en faveur de la protection de l’environnement.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/SSYDi2e/fr;