0

La criminalité des entreprises dans l’économie mondiale

NEW YORK – Le monde baigne dans la fraude d’entreprise et le problème est probablement le plus aigu dans les pays avancés – ceux là mêmes qui sont sensés être gouvernés correctement. Les gouvernements des pays plus pauvres acceptent peut-être plus facilement les pots-de-vin et commettent plus de délits, mais ce sont les grandes sociétés des pays riches qui commettent les délits les plus sérieux. L’argent est roi et il corrompt à la fois le monde politique et les marchés partout dans le monde.

Pas un jour ne se passe sans qu’éclate un nouveau scandale. Au cours de la dernière décennie, toutes les firmes de Wall Street ont été condamnées à verser de lourdes amendes pour des comptabilités truquées, des délits d’initiés, des fraudes sur la vente de titres, des chaînes de Ponzi ou des détournements purs et simples de fonds par les cadres supérieurs. Une nouvelle affaire de délit d’initiés, dans laquelle est impliqué un réseau de financiers proéminents du secteur, est actuellement jugée à New York. Elle fait suite à une série d’amendes versées par certaines des plus grandes banques d’investissement américaines pour mettre fin aux poursuites concernant des irrégularités liées à divers titres.

Et pourtant, ces entreprises n’ont pratiquement aucune obligation de rendre des comptes. Deux ans après la pire crise financière de l’histoire, provoquée par le comportement sans scrupules des principales banques de Wall Street, pas un seul financier n’a été condamné à une peine de prison. Et lorsque les institutions financières sont assujetties à des amendes pour fraude, ce sont les actionnaires, et pas les PDG et les gérants, qui sont pénalisés. Ces amendes ne représentent en outre qu’une fraction des biens mal acquis, persuadant Wall Street que les pratiques frauduleuses rapportent des dividendes faramineux. Même aujourd’hui, le secteur bancaire se moque totalement des législateurs et des politiciens.

La corruption gangrène également le monde politique américain. Le gouverneur actuel de la Floride, Rick Scott, était auparavant PDG d’un important groupe hospitalier privé, Columbia/HCA. La société a été accusée d’escroquer le gouvernement américain en gonflant le montant des remboursements de frais présumés et a finalement plaidé coupable pour 14 chefs d’inculpation, en versant une amende de 1,7 milliard de dollars.