0

Le spectre de la Corée du Nord

TOKYO – Le 13 avril dernier, à 07h39, la Corée du Nord procédait à un tir de missile (présenté sur place comme un lancement de satellite), condamné par la quasi-totalité de la communauté internationale. Les événements ont finalement tourné en faveur du monde, l’engin ayant explosé une minute après son décollage et ses débris s’étant écrasés en mer sans autres dégâts.

La Corée du Nord a pour habitude de ne pas commenter ce type d’épisodes : le terme d’ « échec » n’a pas sa place dans le vocabulaire du pays, ce qui n’autorise ainsi rapport ni aucune discussion. Les médias nord-coréens, en cas de ratages de ce genre, réagissent habituellement par des torrents de musique patriotique et autres éloges grandiloquents à l’égard du régime.

Mais cette fois les choses ont été différentes. Dans les coulisses de la Corée du Nord, cet échec est en effet porteur de conséquences. Dans les prochaines semaines, nous devrions entendre parler d’une véritable purge des responsables. Il se pourrait même que les ingénieurs et les scientifiques impliqués dans le lancement aient mis leur vie en danger. 

De plus, cette fois il n’a pas été possible pour la Corée du Nord de nier l’échec, dans la mesure où le régime avait invité les médias internationaux à assister à l’événement – autorisant même un certain nombre de journalistes étrangers dans la salle de contrôle de l’engin – afin de légitimer l’événement en le présentant comme un lancement de « satellite », et non comme un essai de missile. L’ « échec » n’ayant pu être dissimulé, il a été reconnu rapidement.