Le fantôme du Biafra

Lorsque le président nigérien Olusegun Obasanjo a annoncé, le 13 janvier dernier, de manière tout à fait inattendue, la mise en place d'un dialogue national pour débattre de la réforme constitutionnelle, il s'inclinait devait l'inévitable. Les revendications bruyantes des politiciens et des activistes des droits de l'homme mécontents pour obtenir une telle conférence avaient atteint un crescendo.

Obasanjo et le Parti démocratique du peuple au pouvoir ont été réélus en mai 2003 dans des circonstances sujettes à controverse. Les forces de l'opposition, menées par Muhammadu Buhari, le candidat du Parti du peuple de tout le Nigeria, ont accusé Obasanjo de faire appel à la police pour intimider les électeurs et truquer les résultats de l'élection.

Au tout début, il semblait qu'Obasanjo allait pouvoir se tirer d'affaire et faire son dernier mandat sans accorder de concessions à ses opposants. Toutefois, fin décembre 2004, le tribunal électoral national, qui siégeait à Abuja, la capitale, a déclaré que bien que l'élection ait été libre et loyale dans la majorité des régions du pays, le nombre de voix était supérieur à la population à Ogun, l'état natal du président. L'opposition a adopté la décision et a demandé la démission d'Obasanjo.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/ka5feCX/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.