Le secret de la fontaine de jouvence

Depuis l'aube de l'humanité, l'Homme rêve d'accéder à l'immortalité. Jusqu'à une date très récente, ce n'était effectivement qu'un rêve, sans rapport aucun avec le savoir scientifique. Mais les recherches en cours permettent de penser que le mécanisme moléculaire du vieillissement pourrait être compris prochainement. Et les applications pourraient suivre rapidement.

Des avancées scientifiques notables ont été réalisées grâce à des recherches effectuées non sur l'homme, ni même sur le rat ou la souris, mais sur des organismes très simples, la levure et des vers appelés nématodes. L'étude de ces formes de vie primitive a conduit à une remise en question complète de notre compréhension du vieillissement.

La sélection naturelle de Darwin n'empêche pas le déclin d'un individu dont les gènes ont déjà été transmis à la génération suivante. Selon la théorie classique de l'évolution, le vieillissement est un processus qui intervient par défaut dans la phase post-reproductive de la vie. D'après cette théorie, à ce moment là, beaucoup de processus organiques et cellulaires subissent une dégradation, chacun pouvant contribuer au vieillissement. Pour ralentir ce dernier, il faudrait donc remédier aux altérations qui touchent un grand nombre de gènes dans la période post-reproductive de la vie.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/HLV4iav/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.