La moitié oubliée du ciel africain

NAIROBI – Au Kenya, mon pays natal, un proverbe dit que lorsque deux éléphants se battent, c’est l’herbe qui souffre. Rien n’est plus vrai en ce qui concerne les conflits qui ont déchiré l’Afrique ces cinquante dernières années.

En République démocratique du Congo, des milices en maraude qui se prétendent être des combattants de la liberté, ont recours, tout comme les troupes gouvernementales auxquelles elles s’opposent, au viol comme arme contre des femmes sans défense. Après le génocide au Rwanda, la lourde tâche de reconstruction d’une société dévastée a incombé aux femmes du pays.

Et pourtant, dès lors qu’il s’agit de prévenir de telles crises, les femmes africaines sont souvent mises à l’écart. Prenons par exemple les efforts entrepris actuellement par l’Union africaine (UA) pour trouver une solution à l’impasse politique post-électorale en Côte d’Ivoire. Sur les cinq dirigeants choisis lors du sommet de l’UA à Addis-Abeba, Éthiopie, pour coordonner les négociations, aucun n’est une femme.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/au6UQCi/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.