4

Le combat pour l’âme du Pakistan

CAMBRIDGE – Au moment où son armée combat sans merci les talibans dans la vallée du Swat, le Pakistan se bat véritablement pour son âme. Il semble d’ailleurs que l’armée ait regagné du terrain par rapport aux derniers affrontements qui les ont opposés aux talibans dans les régions tribales avoisinantes.

Les talibans semblent pour l’instant en déroute; certains se sont même rasé la barbe ou se cachent sous une burqa pour éviter d’être reconnus et roués de coups. La raison est simple: le peuple apporte un soutien croissant à son armée. Ce soutien persiste malgré un coût humanitaire conséquent,  plus de 1,5 million de réfugiés intérieurs.

Ces combats font suite à une trêve négociée, alors que le gouvernement tentait d’étouffer les militants dans les zones tribales du Pakistan en tentant de parvenir à un accord avec le chef des talibans, Sufi Mohammad. Cet accord, qui a mis en place une sorte de loi islamique (sharia) dans la région en échange de l’engagement des militants à déposer leurs armes, a reçu le soutien du Parti National Awami, comparativement plus libéral et qui gouverne la province de la Frontière-du-Nord-Ouest, où se trouve Swat.

Mais les soi-disant garanties du taliban à faire profil bas ont été entâchées par deux incidents qui ont permis de mettre en lumière son vrai visage. Tout d’abord, des chaînes de télévisions privées ont diffusé à travers le pays une vidéo enregistrée sur un téléphone portable et montrant la flagellation d’une jeune fille du Swat de 17 ans. Le public a pu se rendre compte de manière assez crue ce que représentait vraiment la justice pour les talibans.