Contrebalancer les technocrates

ISTANBUL – Selon une vision simpliste (naïve, en fait), les marchés existent quasiment dans un « état naturel », et le meilleur de tous les mondes est celui où ils seraient libres de fonctionner sans ingérence des gouvernements. Un point de vue tout aussi simpliste concernant la démocratie considère qu’il s’agit d’un système politique dans lequel les élections compétitives périodiques donnent au vainqueur le droit de gouverner sans contrainte.

La réalité est bien évidemment beaucoup plus complexe. Les marchés ne peuvent fonctionner que dans un cadre institutionnel et juridique qui comprend les droits de propriété, l'exécution des contrats, des contrôles sur la qualité et l’information, ainsi que de nombreuses autres règles qui régissent les transactions.

De même, alors que des élections compétitives sont essentielles à tout système démocratique, une attitude de « gagnant absolu » face aux résultats électoraux, prévoyant la concentration du pouvoir dans les mains du vainqueur, est incompatible avec la démocratie à long terme. Les démocraties qui fonctionnent bien sont intégrées dans un ensemble complexe de lois constitutionnelles et autres qui séparent les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire, et qui protègent la liberté d'expression, de réunion et de dissidence pacifique de ceux qui perdent les élections.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/QIL2Rz7/fr;