Skip to main content

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated Cookie policy, Privacy policy and Terms & Conditions

eebc6a0046f86fa80bf7cb03_dr1189c.jpg

La fausse promesse des fonds de résolution de crise

ROME –  Depuis le début de la stabilisation des marchés en toute fin d’année dernière, l’idée de faire payer au système financier les coûts supportés par les contribuables pour le garder à flot rassemble un nombre croissant de voix parmi les responsables politiques et dans l’opinion publique. La France et la Grande Bretagne ont mis en place une taxe temporaire sur les bonus du secteur financier et le gouvernement des Etats-Unis a proposé une législation prévoyant une ‘prime de responsabilité pour crise financière’ pour récupérer les coûts induits par le Troubled Asset Relief Program américain. Il est aussi question de déterminer comment réformer au mieux le régime de taxation du secteur financier, qui est en général plus souple que dans d’autres secteurs d’activité et qui favorise indûment le crédit par rapport aux prises de participation.

Mais quelles que soient les sommes récupérées pour couvrir les coûts passés, elles ne changeront rien aux incitations du secteur financier en terme de prise de risque excessive. De plus, le montant des sommes à récupérer est très flou.

Tandis que le coût budgétaire direct du soutien apporté au secteur financier représentait 2,5 à 3 % du PIB dans les pays développés (avec des pics à 4,5%), l’impact budgétaire total de la crise est bien plus élevé, se montant au total attendu de l’augmentation de la dette publique – environ 40% du PIB. Et le coût supporté par l’économie dans son ensemble est encore plus important – perte de production et perte d’emplois et la destruction de capital matériel et immatériel, qui selon Andrew Haldane de la Banque d’Angleterre, et d’autres, pourrait augmenter d’un multiple du PIB annuel.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/VzhGqbTfr;
  1. marin8_Bernd von Jutrczenkapicture alliance via Getty Images_germanyfinanceminister Bernd von Jutrczenka/picture alliance via Getty Images

    Germany Can Reduce Its External Surplus

    Dalia Marin

    For years, Germany's ballooning current-account surplus has rankled the rest of the world, and German policymakers have thrown up their hands as if powerless to do anything about it. But the external imbalance is a result of policies that are fully within the government's power to change.

    0
  2. op_campanella7_Aurelien MeunierGetty Images_billgatesrichardbransonthumbsup Aurelien Meunier/Getty Images

    Abolish the Billionaires?

    Edoardo Campanella

    Even many of the wealthiest Americans would agree that the United States needs to overhaul its tax policies to restore a sense of social justice. But, notes Edoardo Campanella, Future of the World Fellow at IE University's Center for the Governance of Change, such reforms would not be enough to restart the engines of social mobility and promote greater equality of opportunity.

    11