Le pharaon déchu

Le mouvement Kifaya est monté d’un cran dans son opposition au régime du Président égyptien, Hosni Moubarak. Il vient de publier un rapport retentissant osant citer des noms et fournir des informations détaillées sur la corruption au sein de la direction du pays. Rien, dans la longue histoire de l’Egypte, n’a jamais égalé ce lavage de linge sale en public.

L’action de Kifaya, particulièrement audacieuse, intervient au moment où le gouvernement prend des mesures sévères pour préparer la succession de Gamal, le fils de Moubarak. A titre d’exemple, une loi récente prévoit de punir tous ceux qui répandraient la rumeur que Gamal serait le prochain président.

La corruption en Egypte, comme dans les autres pays arabes, est si répandue qu’elle entrave véritablement les progrès économiques, l’amélioration du niveau de vie, la liberté des médias, l’indépendance des tribunaux et la démocratie. L’élite politique égyptienne, qui redoute d’être critiquée par les médias, battue au cours d’élections régulières, voire même emprisonnée, préfère le régime existant et s’oppose à toute réforme de poids.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/C4bW1VN/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.