Les héros déchus de la crise financière

PARIS – Oscar Wilde disait de l’expérience qu’elle était le nom que l’on donnait à nos erreurs. L’année dernière, nous avons tenté d’analyser les erreurs qui ont conduit l’économie mondiale dans la crise économique. Il est temps aujourd’hui d’analyser les erreurs que nous avons commises alors que nous tentions d’en sortir.

Lorsque nous avons pris conscience de l’ampleur de la crise l’année dernière, nombreux étaient ceux qui pensaient qu’elle serait mal gérée. Mais peut-être devrions-nous être reconnaissants qu’elle l’ait été tout court. Contrairement aux années 30, les décisionnaires ont agi rapidement, ignorant les dogmes qui en appelaient à ne pas intervenir rapidement.

Ils savaient en outre que contrairement à la période de l’entre deux guerres, une étroite coordination internationale serait nécessaire. En 2008-2009, le G20 a gagné en influence aux dépends du G-8. La prise de conscience de l’impératif d’une réelle gouvernance globale a permis de voir émerger un ensemble de propositions destinées à concrétiser cette gouvernance.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/jlkZrKu/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.