L'influence Française recule-t-elle en Europe ?

Au cours des dernières années, plusieurs évènements ont conduit à s'interroger sur le recul de l'influence française en Europe. La guerre en Irak a divisé les Européens, entre les partisans de l'interventionnisme américain, conduits par Tony Blair, et ses opposants, au premier rang desquels figure Jacques Chirac. Plus récemment, le représentant de la France au sein de la nouvelle Commission européenne présidée par José Manuel Barroso, l'ancien ministre Jacques Barrot, s'est vu confier une fonction technique, sinon secondaire, celle des transports, alors que le Président français avait réclamé les portefeuilles décisifs de la concurrence ou du marché intérieur. L'octroi à Jacques Barrot du titre symbolique de Vice-Président n'est, dans ce contexte, qu'un lot de consolation, qui ne saurait tromper : la France ne pèsera guère dans cette Commission, la première de l'Europe à 25.

Pour évaluer la réalité de l'influence française, il faut toutefois pousser plus loin l'analyse. Le Président Chirac porte en effet une importante responsabilité dans cette évolution,en partie conjoncturelle. Ses options de politique étrangère ont été fort peu européennes. Il a fait, durant la guerre en Irak, un choix juste : l'intervention américaine n'était ni fondée, ni justifiée, elle débouche sur un terrible échec. Jacques Chirac s'est donc trouvé en phase avec une opinion politique européenne -et même mondiale- émergente, face à l'unilatéralisme des néo-conservateurs et de l'administration Bush. Mais il n'a pas su transformer cette posture en alternative. Il n'a jamais cherché, comme son statut et son ancienneté pouvait le lui permettre, à rassembler les Européens, ni avant, ni pendant, ni après la crise. Il n'a jamais tenté de former une autre coalition, de trouver un autre chemin, une autre voie que l'option américaine. Face à l'unilatéralisme, il n'est jamais parvenu à promouvoir des solutions multilatérales. Alors qu'il avait eu raison initialement, il s'est progressivement isolé, d'autant qu'il n'est jamais arrivé à retisser un lien satisfaisant avec l'administration américaine. La France est ainsi apparue progressivement comme une nation solitaire, presque arrogante, convaincue de la justesse de ses vues et de l'universalité de son modèle, mais peu soucieuse d'entraîner, de convaincre, de construire, une nation n'acceptant l'Europe qu'à sa remorque.

Dans la composition de la Commission, Jacques Chirac a commis une lourde faute tactique. La France était très puissamment représentée dans la Commission Prodi, puisqu'elle y détenait le portefeuille du commerce extérieur, sous la responsabilité de Pascal Lamy. Celui-ci est un commissaire unanimement reconnu pour sa compétence, pour la solidité de ses idées, pour sa personnalité, une des plus fortes assurément de la Commission sortante. La logique politique, la volonté de peser dans l'Union européenne, auraient commandé à Jacques Chirac de le confirmer. Mais Pascal Lamy souffrait à ses yeux de deux défauts, presque deux tares : il est socialiste et partisan d'une réforme profonde de la politique agricole commune, que l'ancien ministre de l'agriculture de Georges Pompidou dans les années 70, devenu Président, souhaite conserver à tout prix. Il a donc choisi de le remplacer par un homme politique honorable, expérimenté, mais presque totalement dénué d'expérience européenne, ne possédant pas vraiment d'autre langue que le français. Il était dès lors fatal que Jacques Barrot ne puisse jouer dans la nouvelle Commission qu'un rôle mineur, alors que José Manuel Barroso lui donne une orientation clairement libérale et atlantiste, fort peu en phase avec les options françaises.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/u6OWn6z/fr;
  1. Sean Gallup/Getty Images

    Angela Merkel’s Endgame?

    The collapse of coalition negotiations has left German Chancellor Angela Merkel facing a stark choice between forming a minority government or calling for a new election. But would a minority government necessarily be as bad as Germans have traditionally thought?

  2. Trump Trade speech Bill Pugliano/Getty Images .

    Preparing for the Trump Trade Wars

    In the first 11 months of his presidency, Donald Trump has failed to back up his words – or tweets – with action on a variety of fronts. But the rest of the world's governments, and particularly those in Asia and Europe, would be mistaken to assume that he won't follow through on his promised "America First" trade agenda.

  3. A GrabBike rider uses his mobile phone Bay Ismoyo/Getty Images

    The Platform Economy

    While developed countries in Europe, North America, and Asia are rapidly aging, emerging economies are predominantly youthful. Nigerian, Indonesian, and Vietnamese young people will shape global work trends at an increasingly rapid pace, bringing to bear their experience in dynamic informal markets on a tech-enabled gig economy.

  4. Trump Mario Tama/Getty Images

    Profiles in Discouragement

    One day, the United States will turn the page on Donald Trump. But, as Americans prepare to observe their Thanksgiving holiday, they should reflect that their country's culture and global standing will never recover fully from the wounds that his presidency is inflicting on them.

  5. Mugabe kisses Grace JEKESAI NJIKIZANA/AFP/Getty Images

    How Women Shape Coups

    In Zimbabwe, as in all coups, much behind-the-scenes plotting continues to take place in the aftermath of the military's overthrow of President Robert Mugabe. But who the eventual winners and losers are may depend, among other things, on the gender of the plotters.

  6. Oil barrels Ahmad Al-Rubaye/Getty Images

    The Abnormality of Oil

    At the 2017 Abu Dhabi Petroleum Exhibition and Conference, the consensus among industry executives was that oil prices will still be around $60 per barrel in November 2018. But there is evidence to suggest that the uptick in global growth and developments in Saudi Arabia will push the price as high as $80 in the meantime.

  7. Israeli soldier Menahem Kahana/Getty Images

    The Saudi Prince’s Dangerous War Games

    Saudi Arabia’s Crown Prince Mohammed bin Salman is working hard to consolidate power and establish his country as the Middle East’s only hegemon. But his efforts – which include an attempt to trigger a war between Israel and Hezbollah in Lebanon – increasingly look like the work of an immature gambler.