L'influence Française recule-t-elle en Europe ?

Au cours des dernières années, plusieurs évènements ont conduit à s'interroger sur le recul de l'influence française en Europe. La guerre en Irak a divisé les Européens, entre les partisans de l'interventionnisme américain, conduits par Tony Blair, et ses opposants, au premier rang desquels figure Jacques Chirac. Plus récemment, le représentant de la France au sein de la nouvelle Commission européenne présidée par José Manuel Barroso, l'ancien ministre Jacques Barrot, s'est vu confier une fonction technique, sinon secondaire, celle des transports, alors que le Président français avait réclamé les portefeuilles décisifs de la concurrence ou du marché intérieur. L'octroi à Jacques Barrot du titre symbolique de Vice-Président n'est, dans ce contexte, qu'un lot de consolation, qui ne saurait tromper : la France ne pèsera guère dans cette Commission, la première de l'Europe à 25.

Pour évaluer la réalité de l'influence française, il faut toutefois pousser plus loin l'analyse. Le Président Chirac porte en effet une importante responsabilité dans cette évolution,en partie conjoncturelle. Ses options de politique étrangère ont été fort peu européennes. Il a fait, durant la guerre en Irak, un choix juste : l'intervention américaine n'était ni fondée, ni justifiée, elle débouche sur un terrible échec. Jacques Chirac s'est donc trouvé en phase avec une opinion politique européenne -et même mondiale- émergente, face à l'unilatéralisme des néo-conservateurs et de l'administration Bush. Mais il n'a pas su transformer cette posture en alternative. Il n'a jamais cherché, comme son statut et son ancienneté pouvait le lui permettre, à rassembler les Européens, ni avant, ni pendant, ni après la crise. Il n'a jamais tenté de former une autre coalition, de trouver un autre chemin, une autre voie que l'option américaine. Face à l'unilatéralisme, il n'est jamais parvenu à promouvoir des solutions multilatérales. Alors qu'il avait eu raison initialement, il s'est progressivement isolé, d'autant qu'il n'est jamais arrivé à retisser un lien satisfaisant avec l'administration américaine. La France est ainsi apparue progressivement comme une nation solitaire, presque arrogante, convaincue de la justesse de ses vues et de l'universalité de son modèle, mais peu soucieuse d'entraîner, de convaincre, de construire, une nation n'acceptant l'Europe qu'à sa remorque.

Dans la composition de la Commission, Jacques Chirac a commis une lourde faute tactique. La France était très puissamment représentée dans la Commission Prodi, puisqu'elle y détenait le portefeuille du commerce extérieur, sous la responsabilité de Pascal Lamy. Celui-ci est un commissaire unanimement reconnu pour sa compétence, pour la solidité de ses idées, pour sa personnalité, une des plus fortes assurément de la Commission sortante. La logique politique, la volonté de peser dans l'Union européenne, auraient commandé à Jacques Chirac de le confirmer. Mais Pascal Lamy souffrait à ses yeux de deux défauts, presque deux tares : il est socialiste et partisan d'une réforme profonde de la politique agricole commune, que l'ancien ministre de l'agriculture de Georges Pompidou dans les années 70, devenu Président, souhaite conserver à tout prix. Il a donc choisi de le remplacer par un homme politique honorable, expérimenté, mais presque totalement dénué d'expérience européenne, ne possédant pas vraiment d'autre langue que le français. Il était dès lors fatal que Jacques Barrot ne puisse jouer dans la nouvelle Commission qu'un rôle mineur, alors que José Manuel Barroso lui donne une orientation clairement libérale et atlantiste, fort peu en phase avec les options françaises.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/u6OWn6z/fr;
  1. Patrick Kovarik/Getty Images

    The Summit of Climate Hopes

    Presidents, prime ministers, and policymakers gather in Paris today for the One Planet Summit. But with no senior US representative attending, is the 2015 Paris climate agreement still viable?

  2. Trump greets his supporters The Washington Post/Getty Images

    Populist Plutocracy and the Future of America

    • In the first year of his presidency, Donald Trump has consistently sold out the blue-collar, socially conservative whites who brought him to power, while pursuing policies to enrich his fellow plutocrats. 

    • Sooner or later, Trump's core supporters will wake up to this fact, so it is worth asking how far he might go to keep them on his side.
  3. Agents are bidding on at the auction of Leonardo da Vinci's 'Salvator Mundi' Eduardo Munoz Alvarez/Getty Images

    The Man Who Didn’t Save the World

    A Saudi prince has been revealed to be the buyer of Leonardo da Vinci's "Salvator Mundi," for which he spent $450.3 million. Had he given the money to the poor, as the subject of the painting instructed another rich man, he could have restored eyesight to nine million people, or enabled 13 million families to grow 50% more food.

  4.  An inside view of the 'AknRobotics' Anadolu Agency/Getty Images

    Two Myths About Automation

    While many people believe that technological progress and job destruction are accelerating dramatically, there is no evidence of either trend. In reality, total factor productivity, the best summary measure of the pace of technical change, has been stagnating since 2005 in the US and across the advanced-country world.

  5. A student shows a combo pictures of three dictators, Austrian born Hitler, Castro and Stalin with Viktor Orban Attila Kisbenedek/Getty Images

    The Hungarian Government’s Failed Campaign of Lies

    The Hungarian government has released the results of its "national consultation" on what it calls the "Soros Plan" to flood the country with Muslim migrants and refugees. But no such plan exists, only a taxpayer-funded propaganda campaign to help a corrupt administration deflect attention from its failure to fulfill Hungarians’ aspirations.

  6. Project Syndicate

    DEBATE: Should the Eurozone Impose Fiscal Union?

    French President Emmanuel Macron wants European leaders to appoint a eurozone finance minister as a way to ensure the single currency's long-term viability. But would it work, and, more fundamentally, is it necessary?

  7. The Year Ahead 2018

    The world’s leading thinkers and policymakers examine what’s come apart in the past year, and anticipate what will define the year ahead.

    Order now