0

La gueule de bois d’automne de la zone euro

NEW YORK – Après avoir passé l’été à se bronzer sur les plages et à oublier leurs malheurs, les Européens doivent revenir à la réalité. Car les problèmes fondamentaux de la zone euro restent toujours irrésolus.

Tout d’abord, un plan de sauvetage d’un trillion de dollars a permis d’éviter en mai dernier un défaut immédiat de la Grèce et une rupture de la zone euro. Mais aujourd’hui, les écarts de souveraineté dans les pays périphériques de la zone euro sont revenus aux niveaux maximums de la crise du mois de mai.

Ensuite, on a cherché à persuader les marchés par un ensemble de tests de stress financier que les banques européennes avaient besoin de 3,5 milliards d’euros de capitaux frais. Mais maintenant le groupe Anglo-Irish pourrait avoir à lui seul un trou de l’ordre de 70 milliards d’euros, ce qui soulève de réelles inquiétudes sur la réelle santé des autres banques irlandaises, espagnoles et allemandes.

Enfin, une accélération temporaire de la croissance de la zone euro au second trimestre a relancé les marchés financiers et l’euro mais il est maintenant clair que l’éclaircie n’était que temporaire. Le PIB de tous les pays périphériques de la zone euro sont soit en contraction (Espagne, Irlande et Grèce) ou en hausse très modeste (Italie et Portugal).