La Bataille de l'Union européenne pour la Turquie

Quand les conspirateurs à l'origine des attaques suicides d'Istanbul lancèrent leurs bombes humaines contre les synagogues et les bâtiments de bureaux britanniques, ils avaient différents publics en tête. Les citoyens de l'Union européenne que la classe politique turque est pressée de rejoindre au plus tôt représentent l'un de ces publics, éventuellement le plus important.

La bataille au sein de l'Union européenne à propos de l'entrée de la Turquie se déroulera sur de nombreux fronts : dans le pays lui-même, où le gouvernement entreprend actuellement des réformes importantes pour se qualifier pour entrer dans l'Union européenne, à la table de négociations dès que le Conseil européen de décembre 2004 autorise la Commission à ouvrir des négociations formelles d'accession à l'Union européenne et au sein du public dans les pays déjà membres.

De ces trois fronts, le dernier est le plus exigeant. La plupart des citoyens de l'Union européenne sont mal à l'aise aujourd'hui à l'idée de l'entrée de la Turquie dans l'Union. Les responsables des atrocités d'Istanbul ont peut-être calculé que le terrorisme islamiste puisse faire accroître ce malaise.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/b5NKyVF/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.