Une union bancaire pour l'Europe ?

MUNICH – En violation flagrante du traité de Maastricht, la Commission européenne lance plan de secours après plan de secours pour essayer de sauver les économies européennes en crise. Et maintenant elle veut mutualiser non seulement la dette publique avec des euro-obligations, mais aussi la dette des banques en proclamant une "union bancaire".

Mutualiser la dette des banques serait injuste et conduirait à une mauvaise répartition des fonds. Au niveau européen, cela supposerait de réduire le coût des emprunts privés en dessous des taux du marché dans un pays, les autres fournissant gratuitement une assurance sous la forme de CDS (assurance contre le risque de défaillance d'un crédit). Aussi, le cœur de la zone euro continuerait à inonder de capitaux la périphérie, ce qui freinerait la croissance dans l'ensemble de l'Europe.

L'Histoire offre quantité d'exemples de mauvaise répartition des ressources due à la mutualisation de la dette des banques. Ce fut le cas dans les années 1980, lors de la crise des caisses d'épargne aux USA qui a coûté plus de 100 milliards de dollars aux contribuables américains. Sous le parapluie d'une assurance des dépôts, les caisses d'épargne américaines jouèrent à quitte ou double - empruntant exagérément l'argent de leurs déposants pour le prêter à des entreprises exposées, sachant que les profits seraient convertis en dividendes au profit des actionnaires et que les pertes seraient mutualisées.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/H5gERrj/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.