Dean Rohrer

Le compte à rebours final pour l’euro ?

L’adoption de la monnaie unique en 1999 avait pour objectif de réduire les disparités économiques entre les pays membres de l’union monétaire. Les taux de chômage devaient converger, ainsi que d’autres variables macroéconomiques importantes, comme le coût unitaire du travail, la productivité, les déficits fiscaux et l’endettement des États. En fin de compte, les disparités des richesses, mesurées en termes de revenus par tête, devaient également être atténués.

Force est pourtant de constater, une décennie après l’introduction de la monnaie unique, que des divergences plus marquées, et non une convergence rapide, sont devenus la norme au sein de la zone euro, avec un accroissement possible des tensions.

Les différences entre les États membres étaient déjà importantes il y a dix ans. L’euro est devenu la monnaie commune de pays très riches, comme les Pays-Bas et l’Allemagne et de pays beaucoup plus pauvres, comme la Grèce et le Portugal. L’euro a également été adopté par les Finlandais, les champions de l’innovation et de la flexibilité des marchés, et par l’Italie qui, n’ayant aucune de ces qualités, a été qualifiée « d’homme malade de l’Europe ».

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/vDjj0ac/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.